Lo que no’ contamo’ (quatuor à cordes N°2)

 

Lo que no’ contamo’

quatuor à corde No. 2

Ce quatuor à corde est inspiré du flamenco, art que j’ai pu découvrir lors de mon séjour en Espagne. Les éléments du flamenco, transformés et utilisés très librement, apparaissent dans la partition sous la forme de : une mélodie mélancolique, quelques gestes de la guitare (rasgueo, golpes), une émotion exagérée, un contraste rapide de l’expression, dynamique ou densité.

Le fil d’Ariane de la pièce est une ligne mélodique (successions de secondes majeures et mineures) qui apparaît très fragmenté dans la première partie, puis de plus en plus développé et de plus en plus haut.  Dans la deuxième partie, cette ligne mélodique est jouée par des harmoniques naturels, chaque note par un autre instrument.

J’ai cherché des nouvelles techniques de jeux : scordatura, jeux dans la position de la guitare, utilisation d’un plectre ou d’un verre, pizzicato dans toutes les parties de l’instrument (pizzicato ordinaire, pizzicato entre le doigt de la main gauche et la volute, pizzicato derrière le chevalet, dans la volute et aussi rasgueo – un arpège dense).

Chaque instrument possède une, deux ou trois cordes accordées de façon inhabituelle. La combinaison des harmoniques naturels sur les cordes désaccordées rend possible une ligne mélodique avec des petits intervalles, voir même des micro-intervalles.  Chaque scordatura donne un accord (incomplet) de septième ou neuvième. Elle permet aussi un doigté très facile pour les accords parfaits pour les deux violons. De nombreux accords parfaits sont utilisés ainsi que les cordes à vide pour obtenir un son très lumineux.

Mon 2e quatuor Lo que no’ contamo’ est une pièce extrêmement difficile, un vrais challenge pour un quatuor à cordes car le musicien doit transformer compétement son instrument, jouer avec une scordature, apprendre des techniques inhabituelles et surtout faire sortir de mélodies et des rythmes qui son divisées note par note entre les quatre instruments. Tout cela nécessite beaucoup du temps et de la patience.

Une fois que toutes ses exigence sont accises, les musiciens gagne de la liberté et découvrent tout d’un coup un espace d’interprétation qui permet une approche aussi personnelle et émotionnelle que par exemple la musique romantique  ou populaire mais en gardant en même temps un son très spécial.

Lo que no’ contamo’ (quatuor à cordes N°2)