KARAKURI – extrait 1

 

Ondřej Adámek

 

Karakuri

Poupée Mécanique

enregistrement : Shigeko Hata – voix, Ensemble Orchestral Contemporain, Daniel Kawka – direction, David Poissonier – son

 

Durée : 20 minutes

Commande de l’état

Création par Shigeko Hata – voix, Ensemble Orchestral Contemporain, Darrell Ang – direction

Autres concerts avec KARAKURI :

Orchestre National de Lille

voix : Shigeko Hata

Dir. : Ondrej Adamek


Ensemble Orchestral Contemporain
voix : Shigeko Hata
Dir : Daniel Kawka
16/03 2011Opéra théâtre, Biennale musique en Scène – Lyon,
19/03 2011, Ircam, Paris
22/03 2011 Saint Etienne, France

24/03 2011 Archipel, Genève

 

 

Pièce inspirée par les Poupées mécaniques japonaises (Karakuri Ningyo)de  l’époque d’Edo (début de 19e siècle), par leurs aspect naturel, presque humain et aussi leurs mécanisme d’horloge très détaillé.

Textes de compositeur en tchèque et français avec quelques mots en japonais.

La pièce consiste de quatre mouvements.

Pour le premier mouvement, le point de départ a été ma vision de Hisashige Tanaka, le créateur des poupées qui, devant son miroir est en train de faire les poses de jeun archer pour s’imaginer, comment la poupée devrait bouger. La partie de la voix est aussi pantomimique et l’ensemble joue le roll du miroir. Dans ce mouvement, il y a très peu de texte, (des mots en français : gesttttte, justtte, tttttire, flèche chevauche flèche, vise la cible…)

Deuxième mouvement est une liste en français très détaillée des segments de mouvements que la poupée doit exécuter

(segment un : bras droit vers l’avant

segment deux : tête tourne

segment trois : l’avant-bras droit d’un mouvement brusque tombe sur la flèche………)

Le troisième mouvement est construit autour des mots tchèques très rapidement répétés qui, en diminutif (d’où l’omni-présence du phonème  « tsch »), signifient des pièces détachées du mécanisme de la poupée (kolečko kolečko kolečko kolečko, matička matička matička matička, osička osička osička osička…..). Cela vient d’un image d‘une très grande concentration, voir obsession du créateur de ces poupées.

Quatrième mouvement est très rythmé et mécanique, c’est déjà la poupée méchanqiue en route qui si promène. (texte : poup-p-p-p-pé mec-canique méccanique….). L’échantillonneur joue des bruits diverses des mécanismes, les instruments aussi.

 

Effectif

1 voix de femme amplifiée

1 Flûte (aussi piccolo, flûte basse, flûte à coulisse et gaine électrique annelée)

1 Clarinette basse (aussi flûte à coulisse et gaine électrique annelée)

1 Cor (sourdine wa-wa de trombone)

1 Trompette en Ut (sourdine practice, wawa)

1 Trombones ténor/basse (sourdine practice, wawa)

2 Percussions

1 Harpe (1 octave accordée ¼ de ton  plus bas)

1 Piano (joue beaucoup dans les cordes, aussi échantillonneur)

2 Violons

1 Alto

1 Violoncelle

1 Contrebasse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Percussion I :

1 timbale grave(mouvements rapides de la pédale sans bruit)

1 octave de boo-bams (Do3-si3)

6-10 cowbells (à préciser)

rin japonais (lab 3)

1 waldteufel

1 cymbal chinoise

1 cymbale sizzle

1 mukubio

1 œuf (maracas)

1 caisse claire (peau sablée)

2 grande sirène whistle avec pavillon

1 flexaton

1 archet de la contrebasse

 

Percussion II :

1 Marimba

1 timbale grave (mouvements rapides de la pédale sans bruit)

1 grosse caisse (peau naturelle)

3 gongs (à préciser, probablement Do grave, Fa grave, sib grave)

3 cowbells (à préciser, probablement fa4, la4, re5)

1 wind machine

1 crotale (Reb grave)

1 œuf (maracas)

2 castagnettes fixées (2 tailles différentes)

1 cymbale splash

1 grande sirèn whistle avec pavillon

 

KARAKURI – extrait 1